Expo « Mû » – 7-24 octobre 2015 : Geoffrey Badel, Anabelle Fouache, Eva Mulleras, Chloé Viton

lelieumultiplemontpellier_expo_Mu_7-24oct2015Mû : Participe passé du verbe mouvoir, Féminin : Mue.

Mû comme forme mouvante, apparaissant disparaissant en mémoire du regard, mû comme une émotion qui nous traverse soudain, mû comme sensation fragile et fugitive.
Mû comme un grain sous la peau, indice.
Mû : corpus, gestes mis à nu.
Mû comme une voix qui résonne, (se) murmure, mue secrètement signée en silence.

Une exposition comme un milieu changeant, en mutation, qui inspire, expire. Un lieu qui rêve, qui s’emplit et s’épuise d’images, de pages d’intranquillité.

Rien d’immuable, le spectateur est invité à saisir de multiples moments, des pièces en dilution, en suspension dans un temps qui s’égrène …

Déployer le geste, Dessiner, tracer, faire empreinte, faire corps. Accoucher du trait, en démêler sa ligne. Tirer, tendre. S’enfoncer dans la page, déchirer, plier, arracher. Détourer des corps, les effacer. Happer dans les profondeurs qui froissent. S’extirper de soi ; ex pressions en clair obscur.
Signes percés dans l’air, volutes du mouvement d’une baguette, danses des corps comme fluides. Dessiner : îles d’êtres.

Autour du salon du dessin contemporain de Montpellier drawing room, le lieu multiple montpellier propose une exposition protéiforme pensée par quatre jeunes artistes invités, Geoffrey Badel, Anabelle Fouache, Eva Mulleras et Chloé Viton, réaliseront un accrochage évolutif au fil du temps…

Exposition du 7 au 24 octobre 2015
du mercredi au samedi, de 15h30 à 19h
ouverture exceptionnelle dimanche 11 octobre
Vernissage le jeudi 8 octobre à 18h (avec performance)
Finissage le samedi 24 octobre à 16h (avec performance)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Expo « Collages (2e vie) » – 2-19 septembre 2015 : Alejandro Berconsky

Alejandro Berconsky explore les problématiques de la sérialité, de l’ornemental et du détournement de l’objet, naviguant ainsi entre beauté et agressivité, entre sensualité et dureté de la matière, entre dimension organique et géométrique de la forme (sculpturale).

De 2000 à 2007, il a développé un intense travail de collage autour de la dé-construction du corps. Cherchant sa matière dans l’iconographie pornographique, il recrée à partir de « morceaux choisis » une poétique ornementale faite de chairs coupées-collées dans une esthétique érotique plurielle.

Le lieu multiple montpellier  vous propose aujourd’hui une « deuxième vie » à ces collages, avec un accrochage des séries « les fleurs de joie », « échantillons » et « visages ».
L’occasion de conjurer un certain retour d’ordre moral et de jouir simplement de la palette génito-chromatique qui s’offre à nous, polymorphe, vibratoire, sublimée.
L’image démembrée, dé-contextualisée et répétée, reste paradoxalement chargée de sens malgré l’abstraction du désir…

Exposition du 2 au 19 septembre 2015
du mercredi au samedi, de 15h30 à 19h
Vernissage le jeudi 3 septembre à 18h
Finissage le samedi 19 septembre à 16h

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Expo « La collection d’un amateur d’art éclairé marseillais » – 3-20 juin 2015

Deuxième volet de la théma Collection, le lieu multiple montpellier propose l’accrochage de la collection intime de Jean-Louis Marcos.
Jean Louis Marcos (1947-2012) est né à Aubin (Aveyron). De mère andalouse et de père républicain espagnol, architecte et peintre amateur, il a grandi dans une ambiance familiale créatrice, entouré de tableaux de Picasso, Goya, Velasquez, etc. Amoureux de livres et d’art il a exercé différentes activités de dessinateur, professeur, libraire, architecte, journaliste, écrivain et a progressivement affirmé sa raison de vivre comme critique et collectionneur d’art.
 Utopiste et exigeant, solitaire et convivial, il refusait toute contrainte matérielle ainsi que les situations confortables, cherchant en permanence des idées, des émotions et des visions nouvelles. 
Méditerranéen de cœur et Marseillais d’adoption, il a eu de nombreux amis écrivains, vidéastes, peintres, intellectuels…
Quelques jours avant de mourir, il avait commencé à envelopper ses œuvres, en donnant quelques explications sur leurs vies. Sa collection reflète sa vie.

Il y a tant de raisons, de motifs et de circonstances à collectionner l’art que je peux seulement essayer d’établir une sorte de liste. Forcément réductrice, fragmentaire, inachevée.
Je collectionne l’art parce que j’aime me réveiller, me gratter les orteils, remplir une feuille de sécurité sociale, manger du poisson, lire Montaigne, téléphoner en Angleterre et me brosser les dents face à lui. Comme toutes ces choses posent souvent des problèmes dans les musées et dans les galeries, le plus commode est d’avoir de l’art chez soi.
Je collectionne l’art pour le plaisir du pari d’avoir raison avant les autres.
Je collectionne l’art parce que je suis amoureux de ces belles florentines qui n’existent plus que dans la peinture.
Je collectionne l’art pour troubler les béotiens qui viennent quelquefois dîner chez moi.
Je collectionne l’art parce que j’aime l’art.
Je collectionne l’art parce qu’il est une des plus fortes présentation du rêve. Un des lieux rares où apparaissent les images des 10 000 magies et de leur infini pouvoir souple.
Je collectionne l’art pour rêver que je serai riche dans quarante ans.
Je collectionne l’art parce que je suis ami avec des artistes.
Je collectionne l’art pour avoir mon nom écrit en petits caractères dans un catalogue de vente du XXII ème siècle.
Je collectionne l’art parce que la vie est meilleure avec lui.
Je collectionne l’art parce qu’il est souvent difficile à regarder vraiment, les yeux ouverts.
Je collectionne l’art parce que les animaux n’en font pas.
Je collectionne l’art parce qu’en 1974 j’ai rencontré un contrebandier près de la frontière qui sépare la Guinée de la Côte d’Ivoire.
Je collectionne l’art parce qu’il dure souvent plus que la vie.
Je collectionne l’art pour distraire l’employé qui vient relever le compteur d’électricité.
Je collectionne l’art parce qu’il est capable, quelquefois, de se battre contre mon malheur.
Je collectionne l’art parce qu’il est capable, souvent, d’être l’allié de mon bonheur.
Je collectionne l’art parce que j’aime bien être le premier à acheter quelque chose à un jeune artiste.
Je collectionne l’art parce qu’en 1961 j’ai vu mon père avoir les larmes aux yeux devant une toile de Picasso.
Je collectionne l’art parce qu’il est capable de jouer avec le temps.
Je collectionne l’art parce que c’est une drogue dure dont il est difficile de se désintoxiquer.
Je collectionne l’art parce qu’il me supporte sans rechigner.
Je collectionne l’art parce qu’il est infini.
Jean-Louis Marcos  (1990 )

Avec des oeuvres de : Jean-Baptiste Audat, Marc Aurelle, Georges Autard, Judith Bartolani, Ben, Jean Capdeville, Clémentine Carsberg, Jean-Jacques Ceccarelli, Pierre Chanoine, Minerva Cuevas, Mahmoud Dayoub, Jean-Louis Delbès, Georges Guye, Bruno Haroutiounian, Kamel Khelif, Jérémy Laffon, Lulu Larsen, Marie Marchand, Laurence Michoulier, Mouhamad Omran, Anne-Marie Pécheur, Groupe Radical, Olivier Rebufa, Sylvie Reno, Max Sauze, Nathalie Sauze, Christine Spengler, Jean-Jacques Surian, Philippe Turc, Claude Viallat, Ye Xin, …

Exposition du 3 au 20 juin 2015
du mercredi au samedi, de 15h30 à 19h
Vernissage le jeudi 4 juin à partir de 18h, avec performance de Véronique Brill « les cendres de l’éternité »
Soirée spéciale projection du film de Jean-Louis Marcos « l’art ? l’artiste ? le vernissage ? 50 artistes répondent » le vendredi 19 juin à 19 heures
Finissage le samedi 20 juin à partir de 16h

lire l’article de Montpellier magazine

lien vidéo de la performance de Véronique Brill

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Expo Boutographies – 4-25 avril 2015 : Carruzzo&Lenthéric / Alexandre Bena / Stéfane Despax

(Dans le cadre de la section « Hors les murs » des Rencontres photos « Les boutographies »)

« Inbetween is always better_»

«(…) L’humain est au delà des genres, au delà des sexes, des races, au delà de l’ego, vivant en métamorphose.
C’est dans cette fluidité, dans cette faculté de métamorphose qu’est, ou plutôt que marche, que glisse, que court, que se meut, se transforme l’humanité. Nous naissons mouvants, ne nous fixons à aucune illusion égotique, à aucun «je» économique. À aucun sexe. A aucun genre.(…) »
Isabelle Sorente, in Je suis une créature

En 2011, Sébastien Lenthéric et Axelle Carruzzo découvrent le travail de la photographe et écrivaine Claude Cahun (1894-1954) et démarrent ensemble le projet “Cas_1” qui entremêle théâtre, vidéo, concert et performance autour de la figure de l’Hermaphrodite. Depuis, ils partagent cette interrogation sur le Genre au-delà du sexuel, un questionnement rituel politique et mythologique sur l’identité intime et la multiplicité d’être au monde.
Fille ou garçon ? La réponse n’est parfois pas si évidente. Quand parents, médecins et psychologues doivent composer avec l’intersexualité…
Si l’on en croit les statistiques, tout nouveau-né est soit un garçon, soit une fille.
Et pourtant, ce n’est pas toujours aussi simple à déterminer. Le sexe biologique d’un être humain s’exprime en effet à plusieurs niveaux et chez les intersexué(e)s, l’apparence physique ne va pas forcément dans le même sens que les chromosomes.
Comme le note Tom Reucher psychologue clinicien « il peut exister dans la génétique des cas d’embryons chimériques ». Même si ces cas sont rares, ils existent dans la vie. Les individus qui en résultent comportent deux formules génétiques différentes dans diverses parties de leur corps. Ils ne sont pas spécialement reconnaissables ».
Ni d’un genre ni de l’autre : La chimère, figure récurrente dans notre travail, appartient au territoire de l’entre deux et, à l’égal de l’hermaphrodite, elle fait écho à une mythologie commune. Déplacer le débat du genre sur un terrain poétique et artistique, c’est sortir de la pensée binaire et dire que ces questions peuvent faire écho à tout un chacun.
L’exposition « Inbetween is always better_» est pensée comme un kaléidoscope qui confronte, met en regard, joue des identités multiples que composent les visions subjectives de plusieurs artistes.
À cette occasion, _carruzzo&lenthéric invitent Alexandre Bena et Stéfane Despax à partager ce jeu, qui nous rappellent que l’identité est aussi une question d’imaginaire.

Exposition du 4 au 18 avril 2015 : du mercredi au dimanche, de 15h30 à 19h
Vernissage le jeudi 9 avril à 18h
jusqu’au 22 mai : sur RV uniquement

lire l’article de Montpellier Magazine

lire l’article de Contemporanéités de l’art

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Expo-évènements « l’incroyable marché de noël du lieu multiple montpellier » – 5-7 décembre 2014

visuel_noel_2L2M

Plaisir d’offrir : nous vous proposons de bien remplir votre hotte en avant-première et avant tout le monde en venant vous défouler à l’ « incroyable marché de noël du lieu multiple montpellier » du vendredi 5 au dimanche 7 décembre 2014 de 14h à 19h

. Objets de créateurs/créatures pour toutes les bourses
Avec Alejandro Berconsky, Catherine Blanc, Belkacem Boudjellouli, Domdal, Alexandre Gaillard, Ganaelle Léger, Les Dessous de Karen, Ludal, Pablo Marcos, Katie Montanier, NaTYoT, OUPS! La petite impression, Youli’s Nippies

. Librairie – buvette arty

. Propositions artistiques live tous les jours à 17 h et à 18 h :
vendredi 5 à 17 h : Agnès Billat : « La voie des anges » (petites poésies chuchotées)
vendredi 5 à 18h : Emmanuelle Latour & Agnès Vinel : « Pieds sensibles # 01″(performance)
samedi 6 à 17h : NaTYoT & Denis Cassan : mini concert d’électro-poésie
samedi 6 à 18h :
dimanche 7 à 17h et 18 h : Dubovnik (Sébastien Job & Mathieu Bec) : musique électroacoustique

voir clip Montpellier TV

lire article Midi Libre

Expo « Mobilité, immobilité » – 8-15 novembre 2014

mobilite-immobilite_visuel1web Suite à une invitation de la Cimade Languedoc, à laquelle s’est associé Le lieu multiple montpellier, 8 artistes de la ville investissent les locaux des deux associations voisines du quartier Boutonnet : bureaux et espace d’accueil pour l’un, lieu d’art contemporain pour l’autre.

L’aventure collective artistique est née du souhait de la Cimade d’associer des créateurs aux questionnements que l’association nourrit en ces temps de crise et de grande confusion.

En lien avec le travail qu’elle mène en faveur des réfugiés, des travailleurs migrants, des détenus et des peuples du Sud,la Cimade formule sa proposition à travers une dialectique du mouvement et de l’immobilité : «Mise en mouvement forcée du réfugié parce qu’il est menacé, jouant sa vie et se jouant des barrières et des obstacles sur sa route. Immobilité contrainte du corps du détenu ou du retenu, enserrée dans l’espace étriqué des grilles et des murs » mais également « Immobilité nécessaire pour faire société, pour faire peuple…Refus de partir par amour du lieu arpenté, travaillé, modelé de génération en génération…Ne pas opposer mobilité et immobilité, exilés et sédentaires, droits des uns et droits des autres, mais tenter de les saisir ensemble, sentir ce qui les lie, éprouver ce qui leur est commun, gages d’une vie décente et digne pour les uns comme pour les autres ».

A partir de ce fil conducteur, les artistes ont souhaité faire un pas de côté par rapport à un discours bien-pensant et attendu. Il s’agît de poser un travail artistique de façon à résonner/raisonner autrement et de voir s’additionner des points de vue qui les uns sans les autres n’auront jamais la même richesse.

Avec : Virginie Barbe et Alain Féral, Pierre Bellemin, Axelle Carruzzo, Agnès Fornells, jourdepaye, Aurélie Piau

Inauguration le samedi 8 novembre 2014 : 15h30 à la Cimade (28, rue du Fbg Boutonnet) – 18h au lieu multiple montpellier performance de Virginie Barbé et Alain Féral DJs Alex Terror & Panthère Blanche

Exposition les 8 et 9 novembre 2014 à la Cimade et du 8 au 15 novembre 2014 (tous les jours) au lieu multiple montpellier de 15h30 à 19h (ou sur RV, pour les groupes) (journée privée le vendredi 14 novembre)

en partenariat avec la Cimade Languedoc logo_cimade

télécharger le communiqué de presse (pdf)

télécharger l’affiche (pdf)

télécharger le dossier de presse (pdf – 1,3 Mo)

article_midi-libre_5nov2014
article_midi-libre_5nov2014
article_l_hérault_du_jour_7nov2014
article_l_hérault_du_jour_7nov2014

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Expo « Drawing draw » – 1-11 octobre 2014 : Belkacem Boudjellouli / Claudie Dadu / Microclimax

Exposition de dessins, livres d’artistes et gravures (éditions Strobo)

Ces quatre artistes se sont réunis autour d’un projet d’exposition et d’édition concernant l’usage du dessin, primordial dans leurs travaux.
L’envie de rendre public et de conserver une trace dans le temps de leurs réflexions sur l’usage du dessin les a rassemblés et motivés. De plus, le dessin se prête particulièrement bien à la réalisation d’une édition imprimée.
Cette édition comprend un livre de Claudie Dadu (« Drawn by air and charnel love »), un livre d’artiste à colorier des Microclimax (« dess[e]in »), ainsi qu’une série de gravures de Belkacem Boudjellouli. Elle est conçue par les artistes permettant de conjuguer l’esprit ludique et le partage d’un espace dédié à l’usage du dessin.
Cette année, en écho à cette publication, seront présentées sur les cimaises des oeuvres
originales : acier découpé de Belkacem Boudjellouli ; cheveux sous verre de Claudie Dadu ;
empreinte murale de Microclimax (Carolyn Wittendal et Benjamin Jacquemet).
D’autre part, l’exposition au lieu multiple montpellier soulignera ou plus exactement surlignera
l’aspect installation qui se révèle être aussi un point commun dans la vision du dessin de ces quatre
artistes : qu’elles soient lignes de contour des découpes dans l’acier ou lignes organiques des
cheveux ou encore lignes issues d’images 3D, toutes celles-ci joueront avec les murs et l’espace où
elles seront installées.
Depuis plusieurs années, l’association Strobo a pour mission le développement de l’édition dans le
domaine des arts plastiques. Elle a notamment produit et diffusé des multiples d’artistes, permettant
la diffusion de l’art contemporain et offrant un vecteur efficace pour la promotion des artistes.

Belkacem Boudjellouli «Teufel und der ist rateau » acier découpé - 2014
Belkacem Boudjellouli «Teufel und der ist rateau » acier découpé – 2014
Claudie Dadu « Poires internationales d’art contemporain » cheveux sous verre - 2011
Claudie Dadu « Poires
internationales d’art contemporain » cheveux sous verre – 2011
Microclimax
Microclimax « Frioul » image 3D – 2014

Exposition du 1 au 11 octobre 2014
Du mercredi au samedi, de 15h30 à 19h (ou sur RV)
Vernissage le jeudi 2 octobre à 18h30
Finissage et dédicaces le samedi 11 octobre à 17 h

télécharger le communiqué de presse (pdf – 230 Ko)

télécharger le dossier de presse (pdf – 1,7 Mo)

voir aussi : article Montpellier magazine – article Gazette de Montpellier

logoCRLRL’édition 2014 de livres et de gravures est réalisée avec la participation de STROBO Production, avec le soutien à l’édition de livres d’artistes de la Région Languedoc Roussillon

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Expo installation – 19-29 juin 2014 : Benedict Vallas / Domdal

Pour bien débuter l’été, Le lieu multiple montpellier propose de découvrir une proposition de travail en duo :

benedict-vallas_webBenedict Vallas crée des objets inspirés des ornements
utilisés dans les guildes médiévales, les églises et les
rassemblements de guerre.
L’installation textile « De fil en aiguille » explore la
quête de l’autre. Elle se compose de trois parties :
« Faire tapisserie » et « Le coeur à l’ouvrage »
présentent tour à tour des annonces d’individus
marginaux à la recherche d’un idéal non-conformiste et
des annonces d’histoires abouties et comblées.
Benedict vous invite ici à découvrir « Dans de beaux
draps », le dernier volet de cette trilogie, où sont
réunies des fables de désenchantement dans
lesquelles chacun s’applique à transcender son
malheur…

ouvrages_webSuite à un travail de collecte (obsessionnelle ?),
Domdal vous propose « Dure réalité », une tentative de sublimation de la réalité du quotidien, dure pour beaucoup : usage intempestif des technologies de la communication plus ou moins intrusive pour les autres, petites annonces désespérées, emprise du temps qui passe,… Cette installation, ludique et réfléchissante, aura, qui sait,
une portée cathartique ?

Exposition du 19 au 29 juin 2014
Du jeudi au dimanche, de 15h30 à 19h (ou sur RV)
Vernissage le jeudi 19 juin à 18h
Finissage le dimanche 29 juin à 16 h

télécharger le communiqué de presse (pdf)

voir aussi : article Montpellier magazine

diaporama du vernissage (19 juin 2014) :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Expo Boutographies – 17 mai-1er juin 2014 : Olivia Pierrugues / Benjamin Guillemot

 Le lieu multiple montpellier accueille la section « hors les murs » du festival de photos « Les boutographies », en présentant le travail de 2 artistes prometteurs :

Olivia_Pierrugues_2Heurts

de Olivia Pierrugues

Poursuivant un travail essentiellement construit à partir de la notion de ferveur, depuis son sens étymologique d’effervescence, d’élan et d’enthousiasme, Heurts est le résultat de cette recherche, s’inspirant tout particulièrement du l’idée de «communauté de chair» propre à Francis Bacon et de sa croyance en l’univers comme confrontation de forces. La série cherche à rendre compte, par la confrontation d’images à la fois visuelles et textuelles, d’un certain état de corps à la limite de la fièvre, entre violence et sensualité, combat et désir, dans un rapport de forces presque animal.

guillemot3Glitch

de Benjamin Guillemot
Le glitch (anomalie électrique, électronique en anglais), ou le bug, est un évènement qui intervient assez souvent sur les écrans, d’un ordinateur ou d’un poste de télévision. Lorsque cela se produit, la diffusion est dérangée : une quantité d’information est alors plongée dans une contradiction entre la machine et l’émetteur.
Le glitch génère quelque chose d’abstrait, de fantasmatique, d’utopique, d’inexpliqué, de poétique de par les jeux de pixel et jeux de couleur qu’il produit. L’émission devient d’une certaine façon abstraite, mélangeant les informations de la machine pour en modifier l’image. L’électricité manifeste, trouble, déconstruit, reconstruit, créant comme un stand by dans la médiatisation. Le média devient médium…

17 mai-1er juin 2014 – du mercredi au dimanche, de 15h à 19h.

télécharger le communiqué de presse

diaporama du vernissage (23 mai 2014) :

Ce diaporama nécessite JavaScript.