Expo «Drawing draw#6» – 1 septembre -1 octobre 2022 : Tino Di Santolo, Marc Lambert, Ram Samocha

Le lieu multiple montpellier et la N5 Galerie vous convient à leur rendez-vous rituel de rentrée avec la sixième édition du salon du dessin contemporain Drawing draw, regards croisés d’artistes autour de la pratique du dessin, sous des formes diverses. Au lieu multiple montpellier, (re)découvrons le travail de Tino Di Santolo, Marc Lambert et Ram Samocha

Les dessins de Tino Di Santolo dégagent des formes et des tracés indéfinis, des plis et des re­couvrements de matières se superposent sur des surfaces de papiers. Les gestes employés usent du hasard et du repentir afin de se libérer de l’image, de sa construction et de ses références pour ame­ner à une expérience du regard dans le presque vu et le presque naissant. Des formes en attente où le dessin figé propose une infinité de pistes et de possibles. Usant d’un clair-obscur assumé, la technique presque classique du fusain est au service d’une représentation organique, re­couverte d’un étang de plis se divisant sans cesse dans lequel les différents corps se pénètrent sans fin…

Pour Marc Lambert, tout commence par le dessin d’observation (de paysages), retranscrits dans des carnets. Il faut saisir leurs dimensions, leurs reliefs sculptés par la lumière et leurs textures vibrantes. Par le dessin on peut s’en imprégner et en capter l’atmosphère. Puis dans l’atelier, la mémoire effectue son travail de modelage et de déformation. Ces souvenirs visuels sont les références, auxquelles se mêlent les œuvres vues dans la longue histoire de l’art. Ils permettent de combiner des éléments de composition. L’improvisation a alors sa place dans l’apparition progressive de l’image. Changement d’échelle, flou, seuil limite de perception : tous ces procédés sont bons à prendre pour inviter le regard à déambuler…

Le travail de Ram Samocha combine le dessin avec la vidéo, le son, l’installation et la performance en direct. L’artiste mélange souvent les techniques de dessin modernes et traditionnelles tout en recherchant de nouvelles façons de combiner le rendu entre 2D et 3D. Résidant à Brighton (Royaume-Uni), Ram Samocha est le fondateur et le directeur artistique de Draw to Perform, une communauté internationale pour la pratique de la performance en dessin. Depuis 2013, Draw to Perform organise des symposiums et des festivals internationaux, travaille avec et soutient des artistes émergents et établis, collabore avec des institutions artistiques et organise des résidences et des ateliers éducatifs…
En écho à la série « Late night drawing » (réalisée la nuit dans l’espace sombre du papier noir et révélant un sentiment d’insomnie), l’artiste réalisera en direct pendant le vernissage de nouvelles oeuvres, qui répondront au son diffusé dans l’espace de la galerie, telles des partitions visuelles…

Vernissage jeudi 1er septembre 2022 dès 17h en présence des artistes et dessins en direct par Ram Samocha > voir la vidéo de la performance

Rencontre avec Ram Samocha et workshop « Draw to perform » samedi 3 septembre
de 14 à 16h
> voir la restitution en images

Exposition du 2 septembre au 1er octobre 2022
vendredis et samedis de 15h à 18h30 et sur RV

La résidence de Sam Ramocha bénéficie du soutien de l’Institut Français et de la Région Occitanie, en partenariat avec l’association Tetrapode

Et à la N5 Galerie, dans le cadre du salon du dessin contemporain Drawing draw#6, (re)découvrons le travail de Marie-Cécile Conilh de Bayssac,
Cassandre Fournet
et Cendres Lavyen savoir plus…

Expo «Mundo combo» – 12 mai-4 juin 2022 : Noureddine Benhamed, Catherine Burki

Le lieu multiple montpellier vous invite à nouveau à vous immiscer dans un dialogue entre deux artistes, cette fois ci autour d’une illustration du monde d’aujourd’hui, comme une partition à interpréter ensemble…
Noureddine Benhamed n’a pas de technique de prédilection a priori, si ce n’est la collecte et l’intervention sur des images sélectionnées et recomposées, en résonance avec le langage cinématographique qui l’influence (et qu’il utilise par ailleurs). Avec ce travail de réutilisation, juxtaposition de symboles, écriture, collage,peinture, dessin… l’artiste déconstruit la réalité médiatique,vécue comme une fiction aliénante. Les œuvres créées, installations modulaires assemblées au mur, témoignent de ses propres expériences sensibles et de son rapport au monde. Compositions dotées de nouvelles dimensions spatio-temporelles, elles interrogent de manière prégnante notre société (rapports Nord-Sud, statut de la femme, précarité et injustice démocratique dans les pays émergents,mémoire collective des peuples, …).
Catherine Burki utilise le dessin comme medium privilégié, mais explore également la sculpture et le son. Dans sa série «Chroniques du XXe siècle», les dessins, coupures et collages sont le résultat de fouilles menées dans une encyclopédie de l’histoire récente (éd. Larousse, 1990) et qui explore les croisements entre les vainqueurs (les puissants) et les victimes. Ces archives recomposées dialoguent, telles des prophéties, avec nos conditions sociales, sociétales et environnementales actuelles. L’utilisation notamment de fragments de fourrures animales évoque tout à la fois l’exploitation animale et le symbole des inégalités sociales. L’installation photo et sonore «Pépier» procède également de la relation nature-langage-mémoire, avec ces tentatives d’imitation de chants d’oiseaux par des humains, s’exprimant avec des onomatopées admises dans le monde entier(cui-cui, tweet-tweet, pio-pio)…

Vernissage le jeudi 12 mai 2022 à partir de 17h, en présence des artistes
Exposition du 13 mai au 4 juin 2022 les vendredis et samedis de 15h à 18h30 et sur RV
Concert de Mathieu Bec vendredi 20 mai 2022 à 19h, à l’occasion de la sortie vinyl de l’album «Kettle», illustré par Thierry Lambert (en sa présence) : dédicaces-buvette
RV Ultime samedi 4 juin 2022 de 15h à 18h30, en présence de Noureddine Benhamed

voir la vidéo du concert de Mathieu Bec (extraits)

Expo «Éléments de langage» – 10 mars-2 avril 2022 : Caroline Bizalion, Katie Montanier

Avec cette exposition, Le lieu multiple montpellier invite à une rencontre de deux artistes qui ont l’une et l’autre besoin d’imprégnation (dans un territoire, un environnement), de prélèvement, de collecte d’éléments servant par la suite à leur vocabulaire artistique.

Ce sont les collections qui sont à l’initiative des réalisations de Caroline Bizalion. Objets désuets, images, spécimens de végétaux ou vestiges d’animaux glanés ici ou là sont d’abord réinterprétés en dessins et de façon sérielle. Chacun d’eux devient ainsi élément d’un alphabet, que l’artiste emploie par la suite pour écrire sous d’autres formes : volumes, broderies, installations, … À travers les gestes méthodiques et l’itinéraire de création, l’ouvrage se construit dans la répétition, la constance … et souvent aussi l’aléatoire (pour la cuisson de la céramique par exemple). Un dialogue s’instaure entre les différentes séries en questionnant la fragilité, la pérennité, l’héritage de nos existences que nous cherchons à retranscrire pour transmettre.

Katie Montanier choisit des lieux, des environnements, pour y marcher, observer, écouter, prélever, photographier, dessiner, revenir. C’est ce qu’elle appelle ses « ateliers ouverts » : ici le déplacement qui initie l’œuvre. Pour cette exposition, c’est à La Tamarissière, quartier en bord de mer de la ville d’Agde, que l’artiste explore les lieux pour créer ses dessins. Une pinède, un camping (déserté l’hiver), des dunes, des restes de blockhaus de la seconde guerre mondiale : avec diverses techniques (crayon blanc sur papiers teintés ou mines de graphite et de couleurs avec gaufrages d’écorces de pins), Katie Montanier transcende l’observation de la réalité en jouant avec les formes, entre-formes et contre-formes. Ainsi est évoqué la mémoire des paysages, transportés et réinterprétés pour les ressentir pleinement.

Les deux artistes présentent également un travail réalisé à quatre mains, fruit d’une résidence commune de production au sein même de la galerie…

Vernissage le jeudi 10 mars 2022 à partir de 17h,
en présence des artistes
Exposition du 11 mars au 2 avril 2022 les vendredis et samedis de 15h à 18h30 et sur RV
RV Ultime samedi 2 avril 2022 de 15h à 18h30, en présence des artistes

Expo «Projections parallèles» – 4-27 novembre 2021 : Florie Adda, Lucie Bitunjac, Sébastien Granier

Avec cette exposition, Le lieu multiple montpellier invite à dialoguer trois artistes qui, à travers leurs recherches, interrogent notre rapport à la matérialité, la physicalité de notre environnement : objets, textures, structures, paysages, architectures. Chacun projetant à sa manière le donné à voir …

Florie Adda aime à retoucher les paysages… et à casser les évidences. À partir de photographies numériques, le rajout d’aspérités (le bruit des logiciels), de textures artificielles brouille la lecture trop immédiate et ouvre à une fiction esthétique aux multiple interprétations possibles. Ses peintures sur papier argentique, brossées puis insolées, jouent également sur une dimension spatiale et temporelle incertaine, comme un souvenir – ou un imaginaire – révélé. Quant aux Mountains of glass, éclats de verre peints, ils fixent les vertiges et les sautes d‘humeur de la lumière à travers ces paysages tout à la fois acérés et fragiles…

Si Lucie Bitunjac réinvestit les représentations architecturales des primitifs Italiens c’est bien parce que ces dernières (notamment les fresques de Giotto et d’Ambrogio Lorenzetti) font corps avec cette notion de « perspective intuitive » qu’elle développe dans l’ensemble de son travail. Une recherche qui l’amène à faire et défaire le rapport intérieur-extérieur des environnements. Avec la peinture, le dessin et même le pop-up, l’artiste joue entre la 2D et la 3D, conjuguant avec virtuosité malicieuse aplats et profondeurs, trames et qualités spatiales de la couleur. Mais encore : faire référence à l’histoire de l’art tout en faisant œuvre de modernité l’amène à explorer le champ de l’utopie, des lignes toutes tracées aux courbes évidées, l’équilibre se détache des conventions et libère notre énergie pour mieux dire la place de l’homme dans son environnement, intrinsèquement lié à son humanité.

Sébastien Granier pour sa part a choisi la sculpture : il propose ici le résultat de ses recherches formelles, articulant trois attitudes possibles d’observation, de prélèvement et/ou de manipulation. Les matériaux sont soit empruntés au domaine de la construction (béton, métal, bois, …), soit glanés et choisis méticuleusement. Puis vient le processus de la juste action (moulage, assemblage, brûlage, pigmentation, …) – ou inaction (« lâcher prise ») – à trouver, pour aboutir aux formes qui seront présentées, comme autant d’essais d’existences concrètes. Les résultats témoignent d’une dialectique acceptant une part de désordre dans l’ordre global…

Vernissage le jeudi 4 novembre 2021 à partir de 17h
en présence des artistes + lecture de Florie Adda
Exposition du 4 au 27 novembe 2021
les vendredis et samedis de 15h à 18h30 et sur RV
RV Ultime samedi 27 novembre 2021 de 15h à 18h30

Expo «Drawing draw#5» – 2 septembre -2 octobre 2021 : Fabrice Cazenave, Anaïs Pélaquier, Anne Pons

Le lieu multiple montpellier et N5Galerie font leur rentrée à l’unisson avec la cinquième édition du salon du dessin contemporain Drawing draw, qui propose des regards croisés d’artistes autour de la pratique du dessin, sous des formes diverses. Au lieu multiple montpellier, (re)découvrons le travail de Fabrice Cazenave, Anaïs Pélaquier et Anne Pons

Fabrice Cazenave est un amoureux du règne végétal. Ancien danseur, c’est son corps entier et tous ses sens qu’il met en action lors de ses parcours de découverte des paysages et de la flore qui l’entoure. Il nous propose ici des dessins d’observation botanique, conjuguant rigueur technique et spiritualité. Réalisées au graphite ou au fusain (qu’il fabrique lui-même à partir des essences représentées), les œuvres témoignent de cette communion de l’artiste avec la nature, au temps de l’anthropocène. Des plantes carbonisées, présentées comme un herbier, font écho aux dessins en évoquant le cycle de la vie…

De sa formation en philosophie et dans les arts vivants, Anaïs Pélaquier retire un goût pour l’histoire (et pour la géographie) de l’intime, des objets, des vies. Ainsi, elle dessine à l’encre des lignes et, par effet de béance, des formes, sur des boîtes de médicaments, sur papier ou sur des livres de sa bibliothèque « fondatrice ». Elle y évoque les strates et les vides intérieurs et explore le vertige des origines. Avec ses perforations sur des vieux portraits photographiques glanés ici ou là, elle s’autorise également une appropriation de la mémoire perdue, la création de présences fantômes lumineuses.

Enfin, Nous retrouvons avec plaisir le travail d’Anne Pons, toujours autour de la forme bien sûr, mais aujourd’hui des propositions mi-dessins, mi-peintures sur papier. Nous y voyons, via des poncifs de papier reprenant les contours et perforés, des tracés d’anciennes formes « revenir » et se mêler à des surfaces peintes d’aujourd’hui. Ce processus reporter-répéter-appliquer trouve un écho dans un dessin crayonné qui est présenté, fruit d’un travail où la main trouve sa trace dans l’instant, en totale autonomie…

Vernissage jeudi 2 septembre 2021 à 18h
en présence des artistes

Exposition du 3 septembre au 2 octobre 2021
vendredis et samedis de 15h à 18h30 et sur RV

RV Ultime samedi 2 octobre
en présence d’Anaïs Pélaquier et Anne Pons

Et à la N5 Galerie, dans le cadre du salon du dessin contemporain Drawing draw#5, (re)découvrons le travail de Stéphane Dupuis, Hélène Hampartzoumian et Mme S. – En savoir plus

Expo «Transmutation de l’espace» – 26 mars-3 avril et 28 mai-12 juin 2021 : Karine Debouzie

Formée à l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles, Karine Debouzie a par la suite entrepris un travail pluridisciplinaire, convoquant la science, l’industrie, le quotidien, la poésie… à venir nourrir sa pratique artistique.
Le lieu multiple montpellier vous invite à découvrir dans cette exposition une sélection d’oeuvres issues de ses pistes de recherches et d’expérimentation, depuis le dessin jusqu’à la sculpture ou l’installation in situ, utilisant mediums et matériaux divers.
Pour explorer le langage de la forme et de la matière, Karine Debouzie travaille essentiellement sur des matériaux industriels pauvres et froids (PVC, métal, polyuréthane, …) à partir desquels, par transmutation, elle crée des structures, souvent biomorphiques (en deux ou trois dimensions), propulsant le spectateur dans sa relation physique au monde.
Au sol, fixées ou en suspension en effet, ses oeuvres offrent à se questionner sur la corporéité, le mouvement, le rapport à l’espace et à la lumière, le lien du visible à l’invisible, du dicible à l’indicible…
Jouant à la fois sur la séduction et sur l’étrangeté, elles convoquent nos mécanismes d’interprétation au niveau de la sphère intime : tension, pulsion, force, vulnérabilité, énergie, enfermement. Passée l’émotion, l’analyse distancée de l’imaginaire au réel commence…

Inauguration vendredi 26 et samedi 27 mars 2021 de 15h à 18h30
en présence de l’artiste
Exposition du 26 mars au 3 avril 2021 et du 28 mai au 12 juin 2021
vendredis et samedis de 15h à 18h30 et sur RV (06 07 40 10 16 ou rubrique contact)
rencontre avec l’artiste samedi 29 mai 2021 dès 15h
en savoir plus

voir le clip L’année blanche (épisode 3) de NATYOTCASSAN tourné dans l’exposition

Expo « Du paysage… » – 4-24 décembre 2020 et 4-30 janvier 2021 : Virginie Blanchard, Océane Moussé, Jérôme Souillot

Le lieu multiple montpellier et N5 Galerie s’unissent à nouveau pour vous proposer une incursion dans des interprétations mentales du paysage, sujet cher à tant de créateurs d’hier et d’aujourd’hui… Au lieu multiple montpellier, invitons nous à parcourir les univers de Virginie Blanchard, Océane Moussé et Jérôme Souillot

Virginie Blanchard présente ici des tirages photographiques de différents chapitres de sa série « L’ordre des choses » : à des captations de paysages, mystérieux et aux échelles incertaines, sont amalgamés des dessins de machines des Arts et métiers et des schémas de mécanique. Extraits des manuels, simplifiés et parfois déformés, ils ont trouvé leur place à dessein dans ces horizons fragiles, comme une allégorie de la dialectique nature et culture.

La série « La grande traversée » d’Océane Moussé raconte le temps de traversée des Pyrénées, par des résistants fuyant la France pour l’Espagne pendant la seconde guerre mondiale, par des pèlerins empruntant le chemin de Saint Jacques de Compostelle entre 1883 et l’époque contemporaine, ainsi que par des randonneurs blogueurs. Les dessins inspirés des récits reprennent des paysages des Hautes-Pyrénées, les mots écrits tout d’abord à la pierre noire sont ensuite étalés, diffusés, pour être transformés en dessins. Sans rajout de matière, seule la substance des mots permet la construction de l’image. C’est bien le récit lui-même qui crée le paysage…

Jérôme Souillot œuvre souvent à l’interface du graphisme et de la performance. Son travail de dessin aborde les sujets de la vie intime… et rêvée. Avec « Je reste là », il s’agit bien de paysages mentaux, représentés à différentes échelles, que l’artiste nous donne à voir, nous invite à explorer, jusqu’à – pourquoi pas – s’y perdre. « Souvent, l’acuité vient en disparaissant » nous dit-il, comme une ode à l’abandon de soi.

En partenariat avec N5 Galerie, qui propose de découvrir les travaux de Laure Boin, Alexandre Gilibert, Yves Helbert, Armelle de Sainte Marie.

. Exposition du 4 au 24 décembre 2020 et du 4 au 9 janvier 2021
vendredis et samedis de 15h30 à 19h et sur RV
. Rencontre avec Virginie Blanchard samedi 19 décembre de 16 à 18h
. RDV Ultime samedi 9 janvier de 15h30 à 19h
avec galette des rois !
. PROLONGATION JUSQU’AU 30 JANVIER 2021
sur RV (au 06 07 40 10 16 ou par message via la rubrique contact
) et présence les samedis de 16h30 à 17h30

Expo « Drawing draw #4 » – 3-26 septembre 2020 : Joëlle Bondil, Peter Lökös, Thilleli Rahmoun

Le lieu multiple montpellier et N5 Galerie font leur rentrée à l’unisson avec une nouvelle édition du rendez-vous désormais bien identifié, qui propose des regards croisés d’artistes autour de la pratique du dessin, sous des formes diverses. Au lieu multiple montpellier, découvrons le travail de Joëlle Bondil, Peter Lökös et Thilleli Rahmoun

Le dessin de Joëlle Bondil repose sur un vocabulaire primitif, minimaliste : des points, des traits. Les maillages obtenus capturent subtilement, tels des filets, notre attention. Par-delà la minutieuse exécution, l’artiste transcende la frontière entre dessin et volume et nous amène à nous interroger sur ce que nous voyons : du minéral à l’organique, du topographique au cosmologique… Le motif (à double sens) nous convoque : pourquoi faire parler « ce qui ne dit mot » ? Et « où va-t-on chercher tout ça » ?

L’univers de Peter Lökös est généralement construit autour des sens, de l’intime… et de l’étrange. Avec sa proposition Kronos, le jeune artiste nous embarque dans une évocation multisensorielle de l’existence et du temps qui passe, avec une installation-concept conjuguant mécanisme sonore, empreinte, affiche-slogan et dessins. Ces derniers se répartissent en trois chapitres : le mobilier du quotidien, le corps anatomique (plus ou moins déformé, monstrueux), la rencontre/le mèlement…

Alger, Paris, Medellín, Madrid, Barcelone … : Thilleli Rahmoun est une artiste libre, sans frontières. Ses dessins-collages aux techniques mixtes et aux formats parfois XXL incarnent une beauté surréaliste, sensuelle et incongrue. Les situations représentées, composées d’objets (souvent liés à la force et au contrôle sociétal), d’éléments de paysage urbain, d’animaux et de végétaux, subliment et dénoncent à la fois notre monde actuel. Avec « tous ces trucs qui font que c’est difficile de se poser », l’existence est fragile, mais au diable la peur de tomber…

En partenariat avec N5 Galerie, qui propose de découvrir les travaux de Marie Havel et Amélie Joos.

Vernissage masqué jeudi 3 septembre dès 17 h

Exposition du 4 au 26 septembre 2020
vendredis et samedis de 15h30 à 19h et sur RV

RV « 5 à 7 » samedi 5 septembre à 17h
en présence des artistes

RDV Ultime samedi 26 septembre 17h>19h
avec lecture augmentée de Gilles Bingisser
et performance de Peter Lökös
et Eva Debra Debreceni

Écouter l’itw radio de Nathalie Belayche sur FMplus

Voir la vidéo : extraits de la performance de Peter Lökös et Eva Debra Debreceni

Voir la vidéo : extraits de « La guerre, elle danse nue au Paradise », lecture augmentée de Gilles Bingisser

Expo « Affoler le décor » – 28 février- 23 mai 2020 : Paul Dubois, Alain Leonesi

Le lieu multiple montpellier ne boude pas son plaisir de vous convier une fois encore à découvrir un dialogue entre deux artistes, de générations différentes mais qui abordent tous deux une exploration singulière du travail du volume.

Alain Leonesi a étudié (à l’école des Beaux-arts de Montpellier) et enseigne désormais les arts plastiques (à l’école des Beaux-Arts d’Avignon). Chantre de la slow sculpture, il réalise, par itérations, des assemblages ligatures rebuts-rébus qu’il nomme des surtouts, à partir d’objets du quotidien patiemment collectés, témoins des usages premiers auxquels on les avait cantonnés (vaisselle, ustensiles, meubles et autres kitscheries). Ce joyeux bric-à-brac s’organise, non sans humour, en des dressoirs, qui s’adaptent aux lieux et conditions d’expositions, des formes hybrides à la composition pensée et à l’équilibre dynamique. Avec ces propositions postmodernes de « sculptures d’intérieur », il interroge également notre vanité pour rappeler à l’homme sa condition de mortel…

Paul Dubois pour sa part vient de « terminer » sa formation à l’école des Beaux-arts de Montpellier, tout en ayant une compétence d’artisan ferronnier. C’est ainsi qu’il interprète notre environnement, en travaillant souvent à partir de matériaux et de techniques de temporalités très différentes, des plus technologiques au plus archaïques, pour donner existence à des objets ou compositions qui magnifient les opposés, leur insuffle une part de poésie. Par-delà la lourdeur devenue légèreté, le jeu de construction d’œuvres dualistes permet au spectateur de toucher à l’essence des choses.

Vernissage jeudi 27 février à 18h
Exposition du 28 février au 14 mars et du 15 au 23 mai 2020
vendredis et samedis de 15h30 à 19h et sur RV

Soirée poétique et musicale vendredi 13 mars à partir de 18h
proposée par l’association Lez’artsM3, avec Eléonore Aublayd (poésie) et Miguel Collin (guitare), puis Mennad Massinissa (musique électronique et boucles vocales)
(+ buvette et petite restauration)

Suite et fin : du 15 au 23 mai 2020
vendredis et samedis de 15h30 à 19h et sur RV

Expo « Matsutake » – 7-30 novembre 2019 : Clément Philippe, Anne Pons

Le lieu multiple montpellier propose avec cette exposition un dialogue entre deux artistes, de générations et de parcours différents, mais qui abordent dans leur travail une réflexion sur le rapport homme-nature, dans ce siècle où l’accélération des risques industriels et environnementaux pose la question de la persistance et du temps…
Clément Philippe est un artiste jeune, préoccupé par l’anthropocène. Ses créations proposent des formes poétiques en utilisant des images ou des produits de l’industrialisation, parfois toxiques (plomb, cuivre), souvent en évolution dans le temps du fait de processus chimiques (oxydations, combustions…). Ainsi, les expérimentations empiriques, clins d’oeil aux pratiques de l’alchimie, servent la dialectique art autodestructeur / auto-créatif de l’artiste … et nourrissent la réflexion autour du mythe Prométhéen et de la réponse survivaliste actuelle.
Anne Pons, pour sa part, travaille avec différentes pratiques et techniques, de façon humble, lente et simple. Comme cette série de dessins au crayon de couleur, individuellement monochromes, dont le tracé semble la représentation d’un lieu, alors que la main circule seulement sur la feuille comme par analogie avec la marche et les déambulations dans le paysage. Ou encore les « Pardessus », assemblages cousus de formes (fidèles à un motif récurent servant de gabarit), découpées dans différents matériaux -naturels le plus souvent- et parfois recouverts d’éléments végétaux : lichens ou lunaires (monnaie du pape). Ces derniers, issus de pérégrinations diverses, convoquent par d’autres biais les espaces et les différents temps liés au vécu.
Le travail dans son ensemble agit tout autant en retenant qu’en offrant.
Les gestes et les matériaux choisis, par leurs origines et leurs contraintes propres, posent, dans leur emploi, la question de notre emprise et laissent une part à ce qui « échappe ».

Vernissage jeudi 7 novembre à 18h
Exposition du 8 au 30 novembre 2019
vendredis et samedis de 15h30 à 19h et sur rendez-vous

RDV clap de fin samedi 30 novembre 17h>19h
En présence des artistes